13 octobre 2010

Game Over Sixième Chapitre : IRL/IG.

L’homme qui était devant Étienne était confiant et serein face à ses adversaires, qui, quant à eux, avaient reculer d’un pas, par prudence. En ce qui concerne Étienne, il avait un mal de ventre énorme, ses mains étaient moites et tremblantes. Tout se bousculait dans sa tête. Qui était cet homme? Que voulait-il? Et ces créatures, que sont-elles? Pourquoi s’en prenaient-elles à lui? Que vient faire cette puce dans tout ça ? Pourquoi cela lui arrivait à lui et pas à une autre personne, Perdu, il était perdu.

L’atmosphère qui régnait dans la chambre d’Étienne était pesante. Notre homme attendait patiemment, sans le moindre geste et sans le moindre bruit de sa part. Il guettait, à l’affut du moindre pas de ses adversaires. Seul le cliquetis de la montre d’Étienne posée sur son chevet donnait un rythme à la scène qui était entrain de se dérouler en ce moment. Tic tac tic tac… Une créature lança un cri horrible força Étienne à se boucher les oreilles et elle s’élança vers le mystérieux personnage. Celui-ci sorti son pistolet de son holster et dit d’une petite voix, la tête baissée, regardant le sol :

- Viens par ici mon mignon, viens voir tonton…

Un petit sourire se forma sur son visage et la créature bondit, les bras en avant.

- Bye bye…

Il pointa son arme en l’air et tira. La balle perfora le crâne du monstre et celui-ci retomba lourdement sur le sol. Son corps se décomposa instantanément et il ne resta qu’au bout de quelques secondes qu’un tas de cendres. La seconde créature passa à l’attaque et plaqua son adversaire au sol et lui enfonça ses griffes dans ses épaules. Notre homme émit un gémissement de douleur. La créature relâcha prise pour l’attaquer ensuite au visage. Erreur qui lui sera fatale car son adversaire en profita pour sortir son arme blanche et donna un coup vif à son agresseur. Une entaille se forma au niveau du cou de la créature, un filet de sang apparut. Sa tête se détacha du reste de son corps difforme et crasseux, retombant sur le sol si lourdement qu’elle se disloqua sous l’effet de la chute. Il ne restait à présent qu’un tas de chair noir et verdâtre gisant sur le sol. La dernière créature prit la fuite, par crainte.

- Elles font quand même mal ces saletés…, grogna-t-il.

Il se retourna vers Étienne.

- Et toi, ça va ? Demanda-t-il.

Étienne approuva d’un signe de la tête, tout tremblotant.

- Et bien tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes dit-il, ironique. Par contre, si tu pouvait aller me chercher des pansements, ça serait sympa de ta part.

Étienne se leva lentement et se dirigea vers la salle de bains. Pendant ce temps, l’homme regarda l’état de ses plaies et sorti une cigarette de sa poche ainsi que son briquet. Il porta la cigarette au niveau de ses lèvres épaisses et l’alluma. La fumée descendit dans ses poumons et il respira, laissant la fumée ressortir et flotter dans l’air. Après avoir soigné son sauveur, Étienne alla s’asseoir sur son lit, face à son interlocuteur et demanda :

- Vous êtes..?

- Peter Cromwell, enchanté petit.

Un éclair traversa l’esprit d’Étienne.

- Peter Cromwell?! Peter Cromwell de…

Il regarda le boitier du jeu.

- Oui, le Peter Cromwell de BloodyNights, approuva-t-il en riant.

- Mais… c’est impossible, répliqua son interlocuteur, les yeux écarquillés.

- Si ça l’aurait été, je ne serais pas devant toi en ce moment, répondit Peter calmement.

Étienne réfléchit un moment.

- J’aurais des questions à vous poser, lança-t-il finalement.

- Certes, mais avant toute chose, baisse toi, dit Peter d’un ton prévoyant.

- Qu.. Quoi? Demanda Étienne, étonné.

- Baisse toi !

Étienne s’exécuta et Peter pointa son fusil à pompe en direction de la fenêtre. Il tira deux balles, l’une à la suite de l’autre qui allèrent se loger dans la cage thoracique de la créature qui disparu.

- Tu peux te relever…

Étienne regarda derrière lui rapidement et il se releva. Aussi dingue que cela puisse paraître, il avait senti les deux balles passer au ras de son dos et Peter lui avait, une fois de plus, sauvé la vie.

- Donc je disais… dit Étienne tout en essayant de reprendre son souffle. Je disais que j’avais des questions à vous poser.

- Tu as toute mon attention, dit Peter, souriant.

- C’étaient quoi ces créatures? dit Étienne.

- Ce sont des stalkers de type C négatif.

- Qui sont-elles réellement? Que signifie leur type? Positif, négatif?

- Ce sont, à l’origine, des chercheurs de la planète SX 3608, qui ont effectués des recherches sur le Virus, pour le compte d’une société inconnue, et qui en ont testé les conséquences sur leur organisme.

- Vous voulez dire que les stalkers que j’ai vu tout à l’heure font parti intégrante du jeu ? Dit Étienne, déconcerté.

- Exactement, affirma Peter.

Cela confirmait l’hypothèse d’Étienne. Après un long silence, Peter continua son explication sous les yeux de son interlocuteur, ébahi.

- Pour en revenir au type, il en existe plusieurs : C, D, B, A et S. Chaque type, hormis le type S, à deux formes distinctes, positif et négatif. Il y a donc 7 formes de stalkers au total. Enfin, à ma connaissance….

- Et quelle est la différence entre les deux formes ?

- Tout simplement la force. Un stalker de type A négatif est moins fort qu’un stalker de type A positif. Par conséquent, un stalker de type S est plus fort qu’un stalker de type A positif et à donc un avantage logique vis-à-vis de son adversaire. C’est comme une hiérarchie.

- Les stalkers peuvent s’entretuer ?

- Ce sont des créatures solitaires qui cherchent à se nourrir constamment de sang, que ce soit du sang humain ou du sang d’un de ses congénères. Mais certains stalkers peuvent s’entraider et se déplacer en groupe. C’était le cas tout à l’heure.

- Comment ça se fait qu’ils soient arrivés dans la vie réelle ?

- Ils arrivent par l’intermédiaire de trous noirs qui se produisent une fois la nuit tombée.

- Je voulais dire par là, pourquoi viennent-t-ils ?

- Parce que tu as commencé à jouer à BloodyNights, voyons…

Impossible, c’était impossible…

- Mais pourquoi moi ?! Ragea Étienne.

- Ironie du sort, répondit calmement Peter. Un projet avait été mit en place par les concepteurs du jeu juste avant sa sortie. Ce projet consistait à rendre l’expérience de jeu encore plus intense au joueur par l’intégration d’un logiciel nouvelle génération. C’est une qualité, mais en même temps un défaut, tu es un cobaye, comme les chercheurs de la Planète SX 3608. Si l’expérience ne s’avère pas concluante, le projet sera abandonné.

-Sympa…, fit Étienne.

- Pour faire simple, toutes les actions que tu effectues dans le jeu ont des répercussions dans la vie réelle.

- Et comment les arrête-t-on?

- Il faut finir le jeu, tout simplement. Après, tout dépend de toi, je ne suis qu’un simple figurant…

- Et cette puce, qu’est-ce que c’est ?

Peter prit la puce et la montra à Étienne.

- Cette puce, comme tu dis, est un amplificateur neuroscylaptique. Regarde.

Peter sortit une télécommande et appuya sur le bouton situé en son centre. Une lumière rouge apparue et l’amplificateur commença à s’élever dans les airs, une petite pointe était visible.

- C’est le composant du nouveau logiciel dont je t’ai parlé tout à l’heure. Il faut que tu l’insères au niveau de ta nuque. L’amplificateur transmettra un signal a ton cerveau qui paralysera les nerfs, cessant toute activité. Tu seras ensuite téléporté dans le jeu, à mes côtés. Un peu comme Alice qui suit le lapin blanc et qui passe dans le trou, tu vois ?

- Et ma famille? Elle s’apercevra bien que j’ai disparu à un moment ou à un autre…

- Je pourrais créer un hologramme virtuel, te ressemblant comme deux gouttes d’eau qui sera actif durant deux heures. Tes parents n’auront même pas remarqué que tu ne seras plus là.

- Et si je refuse de venir?

- Tu veux finir le jeu et que tout rentre dans l’ordre?

- Bien sûr, acquiesça Étienne.

- Alors viens, c’est la seule solution.

Il n’avait pas le choix. Après s’être assuré que tout soit en ordre, Étienne prit une douche froide pour avoir les idées claires, il prit également sa montre pour s’assurer de son retour dans la vie réelle et demanda à Peter d’insérer l’amplificateur.

- Ça risque que faire mal, détends toi.

Étienne approuva d’un hochement de la tête. Il ressentit alors une douleur qui se propagea jusqu’à son cerveau et jusque dans ses pieds. Il perdit connaissance et traversa un cortex composé de milliers de couleurs et de sons, comme un arc-en-ciel sans fin, ce qui lui donna des vertiges et une terrible migraine. Puis, ce fut le noir complet. Étienne avait disparu, suivi de Peter et sa chambre était vide. L’écran de la TV d’Étienne affichait un message :

GOOD LUCK.

Posté par KimisBook à 20:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Game Over Sixième Chapitre : IRL/IG.

    c'est donc dans ma couette mais sans chocolat ke je te laisse se message ! =D
    alors au debut du texte pendant au moin 2/3 paragraphe j'étais complétement perdu et je comprenais plus rien ! (j'avais surement louper un passage dans le chapitre précédent) mais finalement jai réussi a retrouver le fil du texte et a me replonger dedans ! *__* et la sa a été super ! texte magnifiquement écris comme d'habitude ^_^mais aussi tres bien tourné a mon sens !! =)
    c'est pourquoi je suis presser que tu écrive la suite pour voir se ke le petit bonhomme va faire dans le jeu et se kil va lui arriver koi ! comment il va réussir a se sortir de tout sa ! enfin bref bon courage et GOOD LUCK cher Kimi !! biisous

    Posté par Choco, 13 octobre 2010 à 21:44 | | Répondre
  • Absolument méga géniale ta suite!! =D Il me fait marrer Peter Cromwell xD
    J'ai adoré ta référence à Alice et le lapin blanc =P
    J'adore comme tu termines tes textes avec un pire suspense xD
    Hâte de savoir la suite =D

    Posté par Funnypanda, 13 octobre 2010 à 21:53 | | Répondre
  • Bon enchaînement!

    J'aime beaucoup le tournant de l'histoire mais... Cela me fait penser à un livre ou un film que j'ai connu (dont je ne me souviens plus le titre ^^'). Le personnage principal avait les mêmes complications que le tien :O
    Toujours à copier, hein?! (Nan, je plaisante!)

    Je te pousserai à écrire la suite, j'en ai bien le droit, non?
    Bisous!

    Posté par Chizu', 14 octobre 2010 à 20:26 | | Répondre
  • Ca me fait penser à Matrix, moi :O
    Un mélange Matrix/Silent Hill :O
    Le nom de la planète me fait penser à SR388 (voir Metroid)
    Mais ce ne sont que des impressions.
    Tu manie les éléments de ton histoire vraiment bien et on en redemande!

    Posté par Séb, 17 octobre 2010 à 23:41 | | Répondre
Nouveau commentaire